Written by

Les Éditions Y'Marc

PAROLES DE COEUR ET DE SAGESSE – 30 novembre 2018

Pour celui qui sait lire c’est très facile car chaque individu est comme un livre ouvert. Ton inconscient sait lire; il le fait à l’occasion. C’est un processus qui s’apprend. Tu te dois de choisir la conscience. Avant, tu étais inconscient et tu ne le savais pas. Maintenant, tu sais que tu étais inconscient, c’est déjà beaucoup; il te reste à choisir de quitter ton état d’inconscience pour aller vers la conscience. C’est une très longue route. Tu devrais pouvoir y arriver, de toute façon tu as l’éternité pour cela.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock

 

PAROLES DE COEUR ET DE SAGESSE – 27 novembre 2018

Ces trois figures géométriques (le cube, le triangle et la sphère) peuvent être appliquées à beaucoup de choses dont la santé, la pensée, la philosophie et la matérialisation des idées, le développement des individus et leurs alignements avec les différents aspects de leur vie. Ce sont de très vieilles formes avec lesquelles l’homme a appris à travailler. Cependant, il les a toujours appliqués au monde matériel, mais il pressent en elles une force surnaturelle puisque dans la représentation religieuse des différents temples autour du monde, le triangle et la sphère sont présents et que le carré est la base de la pyramide.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock

PAROLES DE COEUR ET DE SAGESSE – 24 novembre 2018

Pourquoi trois formes géométriques, un cube, un triangle et une sphère? Pourquoi? Parce que c’est important. Parce que c’est la clé de quelque chose. Parce que le carré est une forme qui fois peut contenir les deux autres; parce que le triangle est la forme la plus forte; parce que la sphère est comme une idée qui peut se placer dans la forme carrée et que le triangle les unit ; parce que la sphère est la représentation d’une idée et que le carré est la forme pour sa manifestation. Il faut mettre l’idée dans la forme selon le besoin.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock

PAROLES DE COEUR ET DE SAGESSE – 18 novembre 2018

Je croyais qu’elle m’appartenait pour toujours comme une vieille chose, comme un bien matériel que je peux prendre ou délaisser à ma volonté. J’ai oublié qu’elle était une personne et, à une personne, il y a une foule de besoins qui y sont rattachés. D’ailleurs, je sais très bien pourquoi on automatise les parties de travail. Pour les machines, de l’huile, de l’électricité, de l’entretien et voilà, c’est parti pour un autre dix mille heures; ça ne parle pas, ça ne pleure pas, c’est-tu fin et puis quand c’est fini, on les jette, c’est tout. Vous comprenez, elle avait des besoins, j’avais des besoins ; on ne s’est pas parlé et voilà le résultat.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock