CHRONIQUE POUR TDI – LE ROYAUME

L’été approchant, notre regard et notre intérêt se tournent vers l’extérieur. Dans le sillage de ce mouvement, je vous propose de participer à la restauration de votre Royaume, c’est-à-dire votre corps, votre esprit et votre environnement.

Pour débuter, nous allons nous installer dans notre centre. Avec votre souffle, vous allez conscientiser le centre de votre être. Avec l’inspir et l’expir, ajustez votre conscience corporelle au milieu entre le haut et le bas, entre la droite et la gauche, entre l’avant et l’arrière.

Inspirer et expirer doucement. Maintenant à partir de votre cœur, laissez la radiance de ce que vous êtes se rendre jusqu’à la frontière de votre Royaume. Cette frontière devrait vous entourer. Prenez le temps de la sentir ou de la percevoir. Est-elle pleine et complète? Y a-t-il des brèches? Oui-non. Prenez-en note, car cela vous servira dans l’élaboration de vos plans de restaurations et de rénovations. Restauration pour réparer et rénovation pour l’évolution.

Avec votre esprit, faites maintenant un survol de votre territoire. Y a-t-il des villages, des champs, des êtres? Enregistrez ce que vous percevez.

Retournez maintenant vers votre centre, c’est là que devrait se dresser votre château. Est-il bien conservé ou en ruines?  Est-il accueillant et bien protéger?

Pour aujourd’hui, Prenez simplement le temps de conscientiser l’état de votre Royaume et peut-être, si cela vous intéresse, vous pourrez rédiger vos perceptions à la sortie de la méditation.

Entretemps, faites appel à l’Amour et à la Lumière pour apaiser et apporter un début d’harmonie à ces lieux. Enregistrez le senti.

Maintenant, reprenez doucement votre rythme respiratoire normal. Revenez et ouvrez les yeux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PAROLES DE CŒUR ET DE SAGESSE – 28 avril 2021

J’aurais cette réponse à te proposer si tu crois à la vie après la vie. Moi j’y crois, car tout dans la nature de l’homme me porte à croire son éternité. Certes, certains s’en servent bien, d’autres moins. Mais, les cas de plus en plus documentés de mort imminente et les récits de souvenirs antérieurs m’indiquent que la vie ne s’arrête pas là. À la fin d’un souffle, il y a quelque chose qui vit après et, ce quelque chose, je l’aime. Je l’aime parce qu’il contient toute l’espérance que j’ai en cette humanité. Ça n’a pas de sens de croire que nous ne vivions que quelques années et puis, plus rien. Donc, si je m’accroche à cette espérance, c’est pour que nous puissions la manifester un jour.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock

PAROLES DE CŒUR ET DE SAGESSE – 25 avril 2021

  • Ce que je retiens c’est qu’un homme sans son armure est totalement nu. Je vais devoir développer des habiletés pour les espaces plus habités. Au fond, j’aime ma nudité. C’est plus simple à vivre avec les gens en qui on a confiance. Mais les autres, qu’est-ce que je vais faire avec eux ?
  • Fais confiance à l’amour.
  • Oui, je le veux bien, mais je n’ai pas confiance dans les autres.
  • Prend ça de l’autre côté. As-tu développé l’amour de toi-même ? As-tu confiance en cet amour ? Si oui, alors que peuvent les autres ? Cet amour saura te guider et te protéger ; plus il sera fort, plus tu sauras t’ouvrir aux autres.
  • Tu me fais penser à Monsieur Jacques Brel quand il chante : Quand on n’a que l’amour… 

 

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock

PAROLES DE CŒUR ET DE SAGESSE – 22 avril 2021

  • Sais-tu, peut-être que nous aussi nous sommes en processus de guérison et que par cet événement que nous vivons, nous serons guéris.
  • Je comprends ce que tu dis. Avec le temps, je m’aperçois que justement pour guérir les autres, il faut que je fasse la mienne. Je nous crois tous reliés les uns les autres. Faire comme si nous ne l’étions pas, c’est provoqué justement la maladie dans le groupe que nous formons. Je crois même qu’il en est ainsi pour toute l’humanité. C’est une hypothèse que je formule, mais je la sens pertinente, d’où la conclusion que si je m’occupe bien de miens, je m’occupe bien du monde.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock