CHRONIQUE POUR TDI – DONNER DES FRUITS

L’automne se projette à l’horizon. D’ici quelques semaines, la température, l’horaire et les couleurs de la nature vont se transformer. Le temps des récoltes va arriver à son paroxysme. Les végétaux vont remettre leurs derniers fruits. Certains animaux vont préparer leur migration, tandis que pour d’autres, cela sera l’hibernation ou une nouvelle toison.

Pour participer à ce mouvement, nous allons entrer dans un état méditatif. Fermez les yeux, installez-vous confortablement. Respirez en douceur.

Maintenant, reprenez le chemin vers la nature que vous avez exploré ces derniers mois. Regardez l’automne s’y installer. Prenez conscience de la fécondité qui se manifeste. La percevez-vous? Essayez de nommer les sensations que cela vous apporte. C’est bon – Oui-Non.

À présent, faites le test suivant : prenez le temps de faire un avec cette nature et goûter à la fécondité de l’intérieur. Que se passe-t-il ? Est-ce différent? Que percevez-vous dans votre corps et votre pensée ?

Plein de cette expérience, regardez en vous. Êtes-vous prêt à donner des fruits? Êtes-vous conscients de vos récoltes antérieures?

Prenez votre temps. Sentez, explorez vos greniers. Prenez contact avec vos créations. Une fois cela fait, enregistrez les résultats et inscrivez en vous ce qui vous est nécessaire pour poursuivre sur le chemin de la fécondité.

C’est à réfléchir et à porter en soi. On revient doucement.

PAROLE DE CŒUR ET DE SAGESSE – 31 août 2020

  • Crois-tu que je pourrais apprendre à voler ?
  • Il va falloir que tu trouves ton imaginaire.
  • Qui pourrait me le montrer ?
  • Ce n’est pas trop compliqué ; il faut aller à l’intérieur de sa tête et de son cœur et faire du ménage. Il ne faut garder que ce qui est beau et qui fonctionne encore ; tout le reste il faut le jeter.

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock

PAROLES DE CŒUR ET DE SAGESSE – 28 août 2020

  • Il va falloir que l’on fasse quelque chose, on ne peut pas laisser ça comme ça.
  • Ce n’est pas nous de changer ça. Ça leur appartient en propre, donc c’est à eux d’en disposer. Ils sont suffisamment conscients de la situation, donc s’ils veulent changer quelque chose, ils peuvent le faire.

 

Extrait de L’héritier L’école de la vie – André Gilles Bock